DevOps + SharePoint ?

I think the structure of SharePoint is naturally « DevOps oriented ». Actions to create web applications and configure services through a web interface is a DevOps philosophy ! On standard .NET environnements, such actions require interventions on servers, but SharePoint does this « out-of-the-box ».
But the work of DevOps in a SharePoint environment is not limited to that. In the case of a SharePoint farm hosting several applications, how to ensure that a solution deployment does not impact non-concerned applications ? How to be sure that an application will not be broken by an undisciplined neighbor ?
Because SharePoint is a complex service, the traditional tools of production operators are not sufficient to watch a farm. And on the other hand, development teams should not have to worry about server scalability !
This is the role of DevOps : Being the bridge between developers and production, while maintaining a consistent chain of delivery.
In a future post I will talk about the tools available to the « DevOps SharePoint ».
This is my view about what a « DevOps SharePoint » shoud be :

How to "DevOps" SharePoint ?
How to « DevOps » SharePoint ?

Traduction française :
Je pense que la structure même de SharePoint est orientée DevOps. Les actions de création d’applications web et de configuration de services au travers d’une interface web est une philosophie DevOps ! Ce genre d’actions nécessiteraient des interventions sur les serveurs, mais ici c’est SharePoint qui contrôle cela « out-of-the-box ».
Mais le travail du DevOps dans un environnement SharePoint ne se limite pas à cela. Dans le cas d’une ferme SharePoint qui hébergeraient plusieurs applications autonomes, comment garantir qu’un déploiement de solution n’impacte pas des applications non concernées ? Comment être sûr qu’une application ne soit pas impactée par le développement du voisin ?
Parce que SharePoint est un service complexe, les outils classiques des opérateurs / exploitants de production ne suffisent pas à gérer une ferme. Mais d’un autre côté, les équipes de développement n’ont pas à se soucier de l’évolutivité (scalability) des serveurs !
C’est là le rôle du DevOps : Faire le pont entre dev et prod, tout en maintenant une chaine de livraison cohérente.
Dans un prochain post je parlerais des outils à disposition du « DevOps SharePoint ».

ColorSeeds 4.3 disponible : 20 nouveaux niveaux !

Colorseeds_v4.3Une nouvelle mise à jour de ColorSeeds est disponible ! Elle contient 20 nouveaux niveaux cachés, accessibles lorsque ont atteint un certain rang… (ce n’est pas difficile).
Une surprise attend ceux qui découvriront et résoudront ces niveaux…
###########
A new update is available for ColorSeeds ! It contains 20 new hidden levels, accessible when you reach a high level… (but it’s not too hard to achieve).
A surprise awaits those who discover and solve these 20 levels …
Téléchargement ici / Download here :
154x40_WPS_Download_cyan

Combien ça rapporte de développer un jeu pour mobiles ?

Et bien pas grand chose !
Attention, on parle d’un jeu de base sans prétention développé par un clampin sur ses heures de sommeil.
Prenons Colorseeds pour Windows Phone : il est gratuit, et rapporte quelques millièmes de centime d’euro à chaque fois qu’une publicité s’affiche (bannière en haut de l’écran de jeu).
Prenons le mois d’avril :
– Colorseeds est présent dans plus de 180 pays, et il a été mis en avant (= plus de visibilité sur le Store) environ 60 fois (dont des pays à fort potentiel comme les Etats-Unis et le Canada),
– Il a été téléchargé 8290 fois, dont 1000 en France (c’est très peu !),
– Plus d’un million de publicités ont été affichées (c’est beaucoup ! Les gens qui ont téléchargé ont beaucoup joué),
– Le CPM (« coût par mille »), c’est à dire le nombre d’euros que me rapporte 1000 publicités affichées est de : 0.05€ (pas terrible),
– Ce qui donne : 1 543 138 pub * 0.05 CPM / 1000 = 51€ environ…
Bref, il me faudrait plus d’une vingtaine de jeux pour gagner un SMIC… Ou alors investir dans de la promo massive !
pubcenter_colorseeds_avril2014
 
Pour les heureux possesseurs d’un Windows Phone, Colorseeds se télécharge ici :
Download Colorseeds for Windows Phone !

DevOps, ou comment nommer l'innommable.

Le métier de DevOps est de réconcilier les développeurs et les exploitants.
Les exploitants de production gèrent leurs serveurs avec toute l’affection qu’une mère porte à sa couvée. On surveille, on s’inquiète. Pas trop de température ? Pourquoi les fichiers de logs grossissent ? Y aurait pas comme une pointe de consommation de CPU là ?
Quant aux développeurs, voilà une bande d’hystériques* toujours à l’affût du dernier framework à la mode, prêts à déployer n’importe quelle fonctionnalité à peine testée sur les beaux serveurs clusterisés qui n’avaient rien demandé.
Bref, on oppose stabilité et changement. Deux politiques contradictoires qui doivent pourtant collaborer étroitement !
Quoi de plus frustrant qu’une gestion de projet agile s’il elle se casse les dents au moment de la mise en prod ?
pass
Mais voici le DevOps ! Celui qui va faciliter les mises en prod, fluidifier les processus, apaiser les craintes.
Il intervient dans la mise en place des processus suivants – que chaque adorateur de l’agilité reconnaîtra :

  • L’intégration continue : Déploiements réguliers sur les serveurs d’intégration.
  • La livraison continue : Déploiements réguliers de builds vers la recette, puis pré-prod et prod.

Et le DevOps intervient aussi dans la mise à disposition d’outils « passerelles » entre ces différentes plateformes.
Pourquoi je parle de tout cela ? Parce qu’il s’agit de ma mission actuelle. Difficile à nommer au départ (admin ? dev ? AMOE ?), elle peut peut enfin être qualifiée en « DevOps ».
Plus qu’un terme à la mode, les équipes DevOps sont une brique essentielle des grandes entreprises IT telle que Google, qui peuvent rapidement mettre en place de nouvelles fonctionnalités dans leur services.
Sources : Article sur 01.netDevOpsDays
*Humour

Pourquoi avoir choisi Windows Phone pour mes applications mobiles ?

Au départ, j’avais commencé à développer pour Android. Hélas, le SDK pour la version 1.5 de cet OS n’était pas mûr, et l’utilisation d’Eclipse était une calamité. Au même moment, Microsoft annonçait le successeur de Windows Mobile : Windows Phone, avec un Framework dédié au jeu : XNA. Idéal !
Hormis le choix technique, il y avait le choix stratégique : il était plus simple de percer dans un marché jeune, où le nombre de part serait plus simple à grignoter. Sous Android, il y a beaucoup d’utilisateurs, mais aussi énormément d’applications ! Il est donc plus dur d’être visible.
Quand j’ai exposé ce point de vue à un collègue, il a fait un rapprochement avec la « matrice BCG » (Boston Consortium Group) :
matrice-bcg
Facilement, mes  premières applications (ColorSeeds et Snake7) sont devenues « Vache à lait » : Part de marché élevée, croissance ‘e (peu de maintenance et de mises à jour) = revenus intéressants (enfin, c’est relatif, on parle de quelques centaines d’euros).
L’équation était simple. Mais les choses ont changé avec l’arrivée de la concurrence : ma dernière application Hexx marche très mal. Malgré quelques investissements pour une meilleurs visibilité (pubs, promo) et des mises à jour courantes afin de répondre aux remontées des utilisateurs, les téléchargements sont faibles (mais avec de bonnes notes !). Je me retrouve avec un bon produit devenu un poids mort
Je dois donc réfléchir à un nouveau modèle économique. Pourquoi ne pas passer à l’application payante ? Qui ainsi se noiera moins dans pléthore d’applications gratuites ?
J’espère mettre en place tout cela cette année. En tout cas, certains portages sur Android sont en cours !
 

Check my "European e-Competence Framework"

Quand on demande « quelles sont vos compétences », il est important d’avoir le même langage, les mêmes termes. C’est le but du « Référentiel européen des compétences informatiques » (e-CF), qui permet au personnel technique, aux clients de services informatiques et aux RH de communiquer 🙂 Alors je me suis amuser à auditionner mes propres compétences – en toute transparence !
Compétences
 
Source : http://www.ecompetences.eu/site/objects/download/6063_EUeCF2.0userguideCWAPartIIFR.pdf
http://www.ecompetences.eu/site/objects/download/6068_EUeCF2.0CWAPartIFR.pdf

Utilisation du type de variables "Decimal"

« Decimal » a été créé pour avoir une précision plus grande, mais dans une plage de valeurs plus restreinte.
Il est préconisé dans les applications monétaires, tandis que les autres types à virgules flottantes (double, single) sont destinés aux calcules scientifiques (et ils ont une vitesse de traitement plus rapide).
Fait amusant :

Decimal numerateur = 1m;
Decimal denominateur = 3m;
Console.WriteLine(numerateur / denominateur * denominateur);

Le résultat sera 0.999999… Ceci parce que Decimal est justement trop précis !
L’utilisation de Round permettra de profiter de la précision de Decimal, tout en faisant les arrondis nécessaires. Comme cité dans cette ressource : « Le type Decimal n’élimine pas la nécessité d’arrondir. Il réduit plutôt des erreurs en raison de l’arrondi ».

Console.WriteLine(Math.Round(numerateur / denominateur * denominateur, 2));

Ceci retournera 1.00.
L’utilisation des autres flottants n’est pas conseillé. Car les erreurs d’arrondis vont plus faciement s’accumuler à fur et à mesure des calculs.
Cet exemple ci-dessous ne doit pas fausser l’opinion des développeurs :

Double numerateur = 1f;
Double denominateur = 3f;
Console.WriteLine(numerateur / denominateur * denominateur);

Le résultat sera de 1 ! Mais cela reflète simplement un manque de précision de la division avec ce type de flottants : numerateur / denominateur = 0.3333343
 

Log4Net / Powershell : Modifier à la volée la configuration d'un appender

Pour les besoins d’un projet, je devais modifier dynamiquement le nom du fichier de traces généré par la bibliothèque Log4Net. La majorité de la configuration est située dans un fichier .config, tandis que le nom du fichier de sortie est géré à l’exécution du script.
Voici l’adaptation de mon script Powershell que j’ai dû effectuer :

# Chargement de la bibliothèque et de sa configuration.
 [void][Reflection.Assembly]::LoadFrom( "log4net.dll")
 $FileInfo=new-object System.IO.FileInfo "log4net.Config"
 [log4net.Config.XmlConfigurator]::Configure($FileInfo)
# Configuration du nom du fichier de trace
 # - Récupération de l'appendre défini dans le fichier .config
 $hierarchy = [log4net.LogManager]::GetRepository()
 $appender = $hierarchy.GetAppenders() | Where-Object { $_.Name -eq "MonAppender" }
# - Modification du nom du fichier log
 $appender.File = "E:	racesout.log"
 $appender.ActivateOptions()
# Récupération de l'objet pour gérer les traces dans le script
 $LogFile = [log4net.LogManager]::GetLogger($logger)
$LogFile.Error("bla bla bla")

Pour info, voici à quoi ressemble le fichier de configuration :

<?xml version="1.0" encoding="utf-8" ?>
 <log4net>
 <appender name="MonAppender" type="log4net.Appender.RollingFileAppender">
 <file value="E:	races" />
 <appendToFile value="true" />
 <staticLogFileName value="false" />
 <rollingStyle value="Date" />
 <layout type="log4net.Layout.PatternLayout">
 <param name="ConversionPattern" value="%d{yyyy-MM-dd hh:mm:ss} %-5p - %m%n" />
 </layout>
 <filter type="log4net.Filter.LevelRangeFilter">
 <levelMin value="DEBUG" />
 <levelMax value="FATAL" />
 </filter>
 </appender>
<root>
 <level value="DEBUG" />
 <appender-ref ref="MonAppender" />
 </root>
 </log4net>

Hexx 3.0 dispo sur Windows Phone

Logo_128x128
Enfin la grande mise à jour de Hexx ! Il y a eu du boulot :
– 23 nouveaux tableaux de jeu,
– Des nouvelles cases (bombe, titanium) pour ajouter un peu de fun,
– Un mode daltonien (ce n’était pas très futé de faire verts vs. rouge)
– 3 niveaux d’intelligence artificielle
– Nouveau logo
J’en suis fier ! Merci à Jérôme pour le dev de l’IA !